Systèmes Constructifs Novateurs

1-OBJECTIF

Proposer des systèmes constructifs novateurs, prenant en compte les impératifs normatifs et les contraintes de chantier.
Pour l’aspect normatif seront pris en compte la thermique et l’acoustique.
Pour les contraintes de chantier, devront être abordées les structures à mettre en place pour aider l’entreprise de construction dans la mise en œuvre de ces nouveaux produits.

2- LES PRODUITS CONCERNES

Les produits concernés sont les éléments de structure des fondations jusqu’au niveau du plancher du rez-de-chaussée, ainsi que le plancher haut du rez-de-chaussée.



1 - Constructions sur vide sanitaire

Vide sanitaire accessible ou non accessible (vide technique). Le vide sanitaire doit permettre la circulation d’un homme entre le sol et le niveau inférieur du plancher du rez-de-chaussée ou des poutres supports du plancher, soit une hauteur libre de 80 cm minimum. (DTU 20,1 pour la maçonnerie et DTU 13,11 pour les fondations)

• Fondations :

- Semelles filantes :
Elles sont coulées pleine fouille, en béton armé auto plaçant (BAP) ou en béton auto plaçant fibré (fibres métalliques) pour les zones hors zones sismiques.



- Soubassement :
Les soubassements sont habituellement réalisés en blocs béton, cependant il est parfois demandé pour des zones particulièrement humides de réaliser ces soubassements en parois pleines continues. L’entreprise doit alors s’équiper de coffrages spécifiques pour coules ces éléments.
Les blocs à brancher et les pré murs permettent de répondre à cette demande et évitent le transport, la manutention et le stockage des banches sur chantier.

Nota : nous rappelons que la réglementation sur les conditions de travail des ouvriers, impose pour la manutention des produits et équipement, qu’ils soient manu portables, c’est à dire <=25 kg.


- Coffrage perdu : en PVC permettant de couler semelle + élévation jusqu’au niveau zéro


- Longrines préfabriquées : (béton armé ou précontraint) posées sur puits coulés en place ou pieux forés.



- Planchers :

Le plancher du rez-de-chaussée contribue pour une part déterminante un bilan énergétique de la maison.

• Dallage sur terre plein (pas de solution industrialisée) coulé en place, sur isolant rigide, à l’aide d’un béton auto-plaçant (BAP). Dans ce cas il n’y a pas de vide sanitaire.

• Poutrelles + entrevous en polystyrène + dalle de compression coulée en béton auto-plaçant (BAP) armé ou fibré (fibres de polypropylène) pour les zones sismiques (produit sous Avis Technique).
Les poutrelles posées sur vide sanitaire sont dans ce cas dimensionnées avec une pose sans étais.
Si les réseaux (électriques ou fluides) sont intégrés dans la dalle de compression alors l’enrobage minimum de ces réseaux doit être respecté. Nous rappelons que l’enrobage minimum de la génératrice supérieure des gaines doit être au moins égale à 30 mm. Pour compléter l’isolation au niveau de la dalle de compression, il est recommandé d’intégrer des rupteurs de pont thermique en rive de plancher.

• Poutrelles + entrevous en béton ou légers (matériaux de synthèse, fibre de bois, polystyrène…) + chape flottante coulée sur isolant (classe de compressibilité adaptée).
Cette chape permet d’intégrer un système de chauffage par le sol basse température.


• Poutrelles + entrevous polystyrène + chape flottante coulée sur isolant (classe de compressibilité adaptée). Ce montage appelé montage duo permet de répondre aux exigences les plus sévères en terme d’isolation.


- Planchers alvéolaires :

Dalles en béton extrudé ou filé, précontraint, de largeur standard 60 cm et 1,20 m dont la mise en œuvre nécessite un moyen de levage (grue).
Ce système constructif permet également l’intégration d’un système de chauffage dans une dalle flottante.

Faible épaisseur (12 et 16 cm pour les dalles les moins épaisses)
Absence d’étaiement
Réduction du nombre de murs porteurs ou longrines
Absence de chape de compression
Portée admissible importante (8 à 12 m)


- Pré-dalles :

Dalles minces en béton armé ou précontraint destinées à former la partie inférieure armée d’un plancher. Cette prédalle sert de coffrage au béton qui sera coulé en place.
Les prédalles peuvent être isolées par l’adjonction de panneaux spécifiques en sous face.


2 - Constructions sur sous-sol ou garage

• Fondations :

Voir 2.1

• Élévations :

- Blocs béton
- Voiles en béton banché ou pré-mur


- Pré-mur constitué de deux parois de 5 à 7 cm espacés et reliés par des raidisseurs
- Possibilités d’intégrer un isolant
- Le pré-mur cumule les avantages de la préfabrication et des méthodes traditionnelles en préservant un noyau coulé en place permettant de simplifier et d’optimiser les clavetages.

Blocs à bancher en béton ou en polystyrène

• Planchers :

- Pour le sous-sol, le plancher est le plus souvent coulé sur remblai compacté (dallage). Pour les zones à portance réduite, le plancher sera alors un plancher porté conforme aux solutions développées précédemment
- Pour les autres niveaux, les solutions seront identiques au chapitre 2.1, sauf pour les entrevous du plancher du rez-de-chaussée qui peuvent avoir une finition décor ou habillé de leur sous face. De plus pour la sécurité incendie, ces entrevous doivent être classés A2, B suivant le système de d’euro classification soit M1 suivant la classification française.
- Attention au positionnement des étais qui peuvent poinçonner la sous face des entrevous polystyrène
- Pour éviter ce problème de poinçonnement des entrevous, la solution chape flottante peut être choisie.

3 - Constructions avec étage

Le plancher haut du rez-de-chaussée sera en règle générale sans chape flottante, excepté dans le cas de plancher chauffant.

- Poutrelles + entrevous légers (matériaux de synthèse, fibre de bois, polystyrène…), isolants ou non isolants, avec plénum entre plancher et faux plafonds, permettant d’intégrer les réseaux, VMC, aspiration.


- Procédés de fixations rapides des faux plafonds


- Repos des planchers : les planchers de l’étage reposent sur les murs extérieurs de façade et sur les murs de refend intérieurs ou des poutres préfabriquées.


• Rupteurs thermiques

Les rupteurs thermiques sont destinés aux planchers intermédiaires et planchers hauts de maisons individuelles, isolées ou en bandes avec une isolation par l’intérieur.
Nous distinguerons deux types de rupteurs thermiques :

- Rupteur « total »
Ces rupteurs sont positionnés en périphérie de plancher, en continuité de l’isolation verticale, dans l’épaisseur du plancher au nu périphérique.
Les rupteurs, positionnés en parallèle d’un mur mitoyen permettent d’éviter la transmission des bruits d’impact d’un logement vers le logement voisin.

- Rupteurs dit « partiels »
Ces éléments sont à la base des entrevous de coffrage légers en polystyrène. Lorsqu’on réalise un plancher intermédiaire avec ces entrevous, leur nature intrinsèque isolante confère aux éléments posés en périphérie une fonction de rupteur de pont thermique.

Ces rupteurs sont appelés alors rupteurs partiels, en ce sens qu’ils ne viennent en aucun point rompre la dalle de compression, permettant alors de conserver un ferraillage usuel.

Rupteur « total » (gain de points de C= 7 à 8)
Rupteur dit « partiel » (gain de points de C = 5 env)



3- ANNEXES

BAP : Béton autoplaçant. C’est un béton très fluide, qui se met en œuvre sans vibration et sans tirage à la règle. Les bétons autoplaçant doivent être conformes à la norme EN 206-1.

Béton fibré : Un béton fibré est un béton dans lequel sont incorporés des fibres métalliques ou polypropylènes, suivant avis technique, en remplacement des armatures. A la différence des armatures traditionnelles, les fibres sont réparties dans la masse du béton.

Puit : Plot béton (armé ou non armé) coulé pleine fouille permettant de faire reposer la fondation au niveau du bon sol


Taper les premières lettres du mot que vous recherchez :

ou choisissez le mot qui vous intéresse ...

les autres sites du Groupe Dominique CHARLES

*Les offres de terrains constructibles sont proposées en collaboration avec nos partenaires fonciers indépendants, selon disponibilité, pour la construction de maisons neuves,
avec un contrat de construction de maison individuelle, dans le cadre de la loi du 10/12/1990.

Lexique de la construction

Biom attitude

Groupe Dominique CHARLES - 7 rue Lavoisier - Parc d'activité de Ragon - 44119 TREILLIERES - Loire-Atlantique / Pays de la Loire - Tél. 02 40 72 90 90 - Fax 02 40 72 90 91
© 2012-2015 Groupe Dominique CHARLES- Tous droits réservés, reproduction interdite - Mentions légales - Une réalisation Application Contacts.