Perméabilité

Pour consommer moins, essayons d'abord de perdre moins

C’est en vertu de ce raisonnement simple de bon sens que nous en sommes venus à considérer la perméabilité des maisons comme une priorité incontournable.


• Les éventuelles fenêtres de toit devront impérativement être munies de volets extérieurs

En passant de la RT 2000 à la RT 2005, la mise en conformité des maisons s’est jouée essentiellement sur les éléments du bâti.
Nous savons aujourd’hui que la RT 2010 nous orientera vivement sur l’utilisation des énergies renouvelables. Cette tendance est déjà perceptible avec l’installation de chauffe-eau solaire et de pompes à chaleur.

Mais à quoi servirait l’installation de ces produits performants dans des maisons elles-mêmes énergivores de par leur médiocre qualité de fabrication ?

1-DEFINITION

La perméabilité d’un logement est la quantité d’air qui entre de manière parasite par les parois opaques de celui-ci.

Son unité est m3/h/m², c’est donc un volume d’air en m3 qui rentre par heure dans le logement et pour un m² de surface déperditive.

Seul un test de perméabilité permet de quantifier ce volume d’air parasite.

La réalité du terrain :

Exemple : maison individuelle de 100m² possède 200m² de parois opaques (100m² de murs (10mx4x2,50) + 100m² de plafond).
Par défaut, la RT 2005 impose une valeur de perméabilité de 1,3m3/h/m². Pour cette construction, nous avons donc 260m3 d’air /heure qui rentre de façon parasite (un volume plus important que le renouvellement d’air prévu par une ventilation).

2-TEST DE PERMEABILITE

On utilise un appareil de mesure, appelé perméascope. Celui-ci doit être installé à l’intérieur du bâtiment à mesurer : il prend de l’air intérieur et le rejette vers l’extérieur : il met ainsi le bâtiment en dépression.
L’appareil est relié à un ordinateur sur lequel se trouve le logiciel de mesure qui procède alors à la prise de 7 points successifs compris entre la valeur maximale de dépression et les 10 Pa minimum.

La réalité du terrain :

Perméabilité > à 2 m 3 /m²/h 16%
Perméabilité > à 1.3 m 3 /m²/h et < 2 m 3 /m²/h 18%
Perméabilité > à 0.80 m 3 /m²/h et < 1.3m 3 /m²/h 18%
Perméabilité < à 0.80 m 3 /m²/h 48%

Quelle incidence :

Reprenons l’exemple de la construction de 100m2.
1m3 /h correspond à 0.34W de déperdition pour un écart de 1°C.
Pour une différence de température de 20°C, la perméabilité de cette construction correspond à une déperdition supplémentaire de :
260x0.34x20= 1768 W par heure de déperditions.

3-PROBLEMATIQUE

Peut-on livrer une maison qui possède un convecteur de 1750 W au milieu du gazon ?

La réalité du terrain :

Nous avons pu cibler les principales lacunes :
• Liaisons dormants / murs des fenêtres et portes-fenêtres
• Liaisons murs / planchers
• Prises de courant, interrupteurs
• Liaisons entre les entrées d’air et leurs supports
• Seuils des portes (extérieurs et locaux non chauffés)
• Trappe d’accès aux combles
• Traversées par des gaines techniques de parois
• Coffres de volets roulants
• Conduit de cheminée
• Tableaux électriques

Et le traitement de celles-ci :

 


4-SOLUTION : DEMARCHE ETANCHEITE A L’AIR

L’annexe VII de la RT 2005 permet à un constructeur de maisons individuelles de certifier une valeur de perméabilité auprès du CSTB.
Pour cela, le constructeur doit rédiger et appliquer un référentiel « démarche qualité d’étanchéité à l’air ».

Ce référentiel se compose de deux volets :

• Un volet comprenant les dispositions techniques et architecturales propres au procédé constructif
et
• Un volet comprenant des engagements en termes d’organisation et de mise en œuvre.

Après avoir appliqué ce référentiel, 30 tests de perméabilité sont réalisés par une entreprise Iso 9001 version 2000 sur des constructions en stade de livraison.
L’objectif est d’obtenir une valeur inférieure à 0.8m3 /h/m² pour 85% des tests, et inférieur à 1.3 m3/h/m² pour l ‘ensemble des tests.
Ensuite le constructeur détermine les points sur lesquels il devra accentuer ses efforts, par des actions correctives et préventives sur ses réalisations.

La réalité du terrain :

Actuellement quelques constructeurs de maisons individuelles se sont lancés dans cette procédure et les dossiers de « démarche qualité d’étanchéité à l’air » seront examinés en septembre par une commission d’experts sous l’égide de la DGUHC.
Ces constructeurs utiliseront avant la fin de l’année 2007 la valeur de perméabilité de 0.8m3 /h/m² sur l’ensemble de leur construction et ainsi apporteront à leur client un gage de qualité réel de la construction.
Ce référentiel n’est simplement qu’un manuel qualité de strict respect des textes (DTU, Avis technique, CPT, …) pour le gros œuvre (maçonnerie) et le second œuvre (placo, électricité, plomberie, carrelage).

5-POURQUOI NOUS LANCER DANS UNE DEMARCHE ETANCHEITE A L’AIR ?

• Nous nous préparons à l’application de la RT 2010 avec la valeur de 0.8m3/h/m² prise en compte dans toutes les études thermiques, ce qui permet un gain de 3 à 9 % suivant la zone climatique et la configuration de la construction.



Notre démarche perméabilité nous rendra attentif aux dérives de mise en œuvre qui entraînent des surconsommations.


Définition

Perméabilité = débit transitant par les fuites d’air de la construction

Une mauvaise perméabilité à l’air entraîne dans la maison individuelle :

- des déperditions énergétiques excessives
- un inconfort des occupants
- des risques de dysfonctionnement de la ventilation
- des risques de condensation sur points froids

Localisation des principales fuites

. Menuiseries (surtout mise en oeuvre, joint sur cadre)
. passage des câbles électriques (prise, tableau, arrivée de gaine,)
. liaison façade-plancher
. trappes (voir cadres de trappe)
. passage de l’hydraulique (arrivée et évacuation, ….)

Mesurer avec quoi ???

 


Un perméascope
Composé d’un ventilateur,
de capteurs de pressions et un
logiciel spécifique de calcul.


Valeurs retenues pour la France RT 2005

Dans la pratique, les valeurs couramment rencontrées vont de 0,8 à 5 m³/h/m² sous 4 Pa.

RT 2005 --> Par défaut : 1,3 | Référence 0,8
Impact sur la valeur de Cep --> + 4 à 6 % | 0 %
Mesures du CETE sur des maisons --> 65% | 40%
LABEL BBC --> Démarrage : 0,6 conseillé | Etabli : 0,6 obligatoire

 


Taper les premières lettres du mot que vous recherchez :

ou choisissez le mot qui vous intéresse ...

les autres sites du Groupe Dominique CHARLES

*Les offres de terrains constructibles sont proposées en collaboration avec nos partenaires fonciers indépendants, selon disponibilité, pour la construction de maisons neuves,
avec un contrat de construction de maison individuelle, dans le cadre de la loi du 10/12/1990.

Lexique de la construction

Biom attitude

Groupe Dominique CHARLES - 7 rue Lavoisier - Parc d'activité de Ragon - 44119 TREILLIERES - Loire-Atlantique / Pays de la Loire - Tél. 02 40 72 90 90 - Fax 02 40 72 90 91
© 2012-2015 Groupe Dominique CHARLES- Tous droits réservés, reproduction interdite - Mentions légales - Une réalisation Application Contacts.