Isolation thermique par l'extérieur

Vous avez-dit « I.T.E » ?

L’Isolation Thermique par l’Extérieur (I.T.E) est un système complet d’éléments posés sur l’enveloppe extérieure d’un bâtiment pour décorer et traiter thermiquement les surfaces pleines des parois verticales.

Quelles solutions pour la maison individuelle neuve ?

Il s’agit donc d’un ensemble de composants déterminés pour chaque marque commerciale et constitué d’un matériau isolant, d’une finition décorative et de tous les accessoires de pose, d’étanchéité ou de renforcement mécanique nécessaires au montage et à l’usage du système.

L’ensemble ainsi réalisé est une alternative à d’autres solutions également performantes : isolation thermique par l’intérieur, l’isolation thermique répartie…

Plusieurs grandes familles de systèmes sont proposées avec plusieurs types d’isolations thermiques.

Les systèmes d’isolation thermique par l’extérieur (I.T.E)

A – Les systèmes d’I.T.E avec enduit sur isolant

Ils s’appliquent sur un support neuf en béton ou maçonnerie de parpaings, briques enduites ou non, vertical, plan et régulier (A).

A.1 – système avec enduit mince sur isolant :

• isolant en polystyrène expansé ignifugé à coller sur le support neuf (B)
• sous enduit mince réalisé en 2 passes ou 2 couches (D et F), incorporant un treillis renforcé en partie basse
• enduit mince décoratif d’aspect taloché, ribbé ou avec granulats de marbre apparents (G)
• accessoires : rails métalliques et /ou PVC, baguettes d’angles, d’acrotère, d’arrêt, appuis de baies, bavettes etc….
• éléments de fixation (chevilles..) et de calfeutrement d’étanchéité aux points singuliers.



A.2 – système avec enduit épais sur isolant :

• isolant en polystyrène expansé rainuré ignifugé ou en laine minérale, collé et /ou calé chevillé sur le support neuf (B)
• enduit hydraulique épais, bi-couche ou monocouche (B et D), incorporant en général un treillis métallique ou synthétique (C), avec finition décorative grattée ou rustique
• accessoires : rails métalliques et/ou PVC, baguettes d’angles, d’acrotère, d’arrêt, appuis de baies, bavettes etc…
• éléments de fixation (chevilles…) et de calfeutrement d’étanchéité aux points singuliers.

A.3 Assurabilité des travaux :

Les systèmes complets doivent bénéficier d’un Agrément Technique Européen (A.T.E) et d’un Document Technique d’Application (D.T.A) délivrés par le GS N°7 du CTSB pour bénéficier du marquage CE et permettre aux entreprises applicatrices d’assurer normalement leurs travaux.

B – Les systèmes d’I.T.E avec bardage, vêture ou vêtage

B.1 – système avec bardage sur isolant :

• revêtement de façade mis en place par fixation mécanique dans un plans distinct de celui du nu de la maçonneries sur une ossature en bois, acier ou aluminium
• intégration d’un isolant en laine minérales dans l’épaisseur de l’ossature en respectant la lame d’air ventilée
• éléments de parement fixés par pattes, vis, clous, crochets, inserts… : bois, métal, terre-cuite, ardoise, bétons, céramiques, matériaux synthétiques…
• accessoires : rails métalliques et/ ou PVC, baguettes d’angles, d’acrotère, d’arrêt, appuis de baies, bavettes…

B.2 système avec vêture :

• revêtement de façade sous forme de panneaux ou plaques manufacturés intégrant un isolant thermique (polystyrène expansé, laine minérale…), fixés par des pattes, profils ou éléments traversants.
• Parement en métal, terre-cuite, bétons, céramiques, pierres, matériaux synthétiques…
• Accessoires : rails métalliques et/ou PVC, baguettes d’angles, d’acrotère, d’arrêt, appuis de baies, bavettes…
 

B.3 – système avec vêtage :

• isolants thermiques (polystyrène expansé, laine minérale…) fixés préalablement au support par éléments traversants
• revêtement de façade sous forme de panneaux ou plaques manufacturés reposant sur l’isolant thermique, fixés par des pattes, profils ou éléments traversants.
• Parement en métal, terre-cuite, bétons, céramiques, pierres, matériaux synthétiques…
• Accessoires : rails métalliques et/ou PVC, baguettes d’angles, d’acrotère, d’arrêt, appuis de baies, bavettes…

2.3. Assurabilité des travaux

Les systèmes complets doivent bénéficier d’un Agrément Technique Européen (A.T.E) et d’un Document Technique d’Application (D.T.A) ou d’un Avis Technique, d’une Enquête de Technique Nouvelle ou encore, à défaut, d’une ATEX pour chaque chantier.

2 – Les performances thermiques des systèmes d’I.T.E

1- Rappel des exigences minimales (garde-fou) et référence de la RT 2005 :



Les performances thermiques à retenir pour ces procédés d’I.T.E sont proches de celles de leurs isolants.

Les épaisseurs d’isolants sélectionnées ici sont celles le plus couramment utilisées actuellement sur chantiers.
Des épaisseurs plus importantes entraînent des performances plus élevées.


3 – Concevoir une maison avec une I.T.E

L’isolation thermique par l’extérieur permet de supprimer la plupart des ponts thermiques entre les dalles et les murs des façades des systèmes constructifs en maçonnerie ou béton. Elle nécessite par ailleurs, une attention particulière afin de traiter d’autres ponts thermiques, le passage des réseaux en face intérieure, la ventilation, l’acoustique de pièce à pièce et de contrôler la rigueur de l’applicateur lors de la mise en œuvre.


1. Ponts thermiques aux baies des façades
Pour éviter les ponts thermiques à chaque baie réalisée dans la maçonnerie, la meilleure solution est de positionner les menuiseries dans la continuité de l’isolations, au nu extérieur de la paroi. En l’absence de cette solution, il faut concevoir des baies et des raccords de menuiseries qui permettent de limiter les ponts thermiques sur les 4 faces des tableaux de toutes les ouvertures en façade.


2. Ouverture des menuiseries en façade
Dans le cas de menuiseries positionnées en façade au nu extérieur de la paroi, il faut privilégier les solutions avec des ouvrants types « oscillo-basculants » ou « coulissants » etc…
Dans les cas d’ouvrants « à la française » et pour les portes en particulier, il faut concevoir des embrasures dans l’épaisseur des parois pour permettre une ouverture plus complète des vantaux.

3. Ponts thermiques en jonction avec la charpente
La jonction des parois verticales avec une toiture terrasse et surtout la jonction avec une toiture et sa charpente nécessitent une conception spécifique et/ou des accessoires particuliers pour limiter d’importantes déperditions thermiques.

4. Ponts thermiques en partie basse des murs
Sur vide sanitaires et sur terre-plein, un isolant extérieur doit être positionné en continuité verticale du système arrêté à 15 cm du niveau du sol et enterré (jusqu’à la semelle). Par exemple, utiliser un PSE 200 (ancienne appellation de qualité GM 29 kg/m3 » avec une protection mécanique maintenue par le remblai et par des fixations mécaniques ponctuelles.

5. Ponts thermiques des ossatures primaires (bardages)
Au droit de chaque ossature d’un bardage, un pont thermique est crée. La solution consiste à concevoir le passage d’une deuxième couche d’isolant au dessus des ossatures et sur toute la surface des façades.

6. Passages des câbles, canalisations et traitement acoustique
Traditionnellement cachés derrière les systèmes d’isolation par l’intérieur, les câbles et canalisations devant parcourir les parois verticales intérieures des façades, peuvent être gérés à l’aide de gaines horizontales et verticales aux angles des pièces de la maison. Elles peuvent aussi passer dans des saignées qui diminuent les performances thermiques des parois. La solution idéale consiste à recréer un doublage intérieur qui viendra cacher les canalisations et les éventuelles pièces de raccordement autour des menuiseries. Cette solution permet aussi d’envisager la continuité des traitement acoustique de pièce à pièce intérieure en évitant les ponts thermiques.



7. Ventilation
Les systèmes d’isolation thermique par l’extérieur réduisent la perméabilité à la vapeur d’eau des parois de la maison. Ils entraînent donc des procédés de ventilation et d’extraction de l’air humide à l’intérieur des locaux pour éviter la formation de moisissures sur les faces intérieures des murs.
Pour les bardages, la ventilations du système est particulièrement importante : un lame d’air d’au moins 20 mm entre l’isolant et le parement extérieur doit être préservée sur toute la superficie des façades en respectant les entrées et les sorties d’air (en bas, en haut des façades et au niveau des recoupements).


8. Esthétique et soin à l’application (absence de défauts dont fissures)
Les finitions en bardages, vêtures et vêtages permettent un large choix de types d’esthétiques souvent très contemporaines.
Les finitions d’enduits sont plus limitées et doivent éviter les teintes soutenues sur les façades exposées (coefficient alpha supérieur à 0.70).


La mise en œuvre des systèmes nécessite un soin particulier notamment quant au traitement des points singuliers et l’assemblage de l’ensemble des panneaux isolants (planéité parfaite juxtaposition des plaques avec joints verticaux toujours décalé).
Pour compléter le dispositif permettant de limiter l’apparition de fissures dans les systèmes enduits, voici quelques exemples de contraintes de mise en œuvre :
Les plaques d’isolants doivent être harpées aux angles du bâtiment et découpées en L aux angles des baies.
Les treillis doivent être marouflés sur le sous enduit et non directement fixés sur l’isolant, les surfaces aux angles des baies doivent être renforcées avec des « mouchoirs » en treillis et le système désolidarisé aux points durs avec un remplissage par un joint silicone.
Les enduits de finition doivent être réalisés par façades complètes dans une même journée afin d’éviter les traces de reprises.

4 – Entretien et maintenance

1. Systèmes avec enduits :

Risque d’encrassement :
Le positionnement extérieur des isolants entraîne en périodes fraîches, des températures plus favorables aux développements des micro-organismes de surface. Ces phénomènes de pollution sont encore plus sensibles sur les finitions à fort reliefs. Des traitements de protection contre l’apparition des mousses, algues et lichens sont recommandés (tous les deux à cinq ans selon localisation et préconisation des fabricants).

Nettoyages et maintenance :
Les systèmes peuvent être nettoyés avec de l’eau éventuellement savonneuse (une fois par an) en évitant les projections à fortes pressions qui dégradent les enduits et les hautes températures ou les produits solvantés qui peuvent altérer les PSE. La projection de produits de décontamination et de protection des mousses, algues … prolongent favorablement la propreté des enduits.

Rénovation :
Les procédés sur enduits minces, sains et en bon état peuvent être rénovés par l’application d’une peinture ayant une forte perméance à la vapeur d’eau. D’autres procédés sont envisageables pour les systèmes dégradés après un diagnostic précis réalisé par un spécialiste.
Pour les procédés avec enduits épais sur isolants, il n’existe pas de système de rénovation simple par recouvrement avec une peinture mince faisant l’objet de règles professionnelles.

2. Systèmes avec bardages, vêtures ou vêtages :

En dehors des risques mécaniques liés aux assemblages des éléments sur les façades, les conditions d’entretien et de maintenance sont surtout dépendants des types de matériaux utilisés en finition (voir préconisation des fabricants).


6 – Synthèse

1. Bilan thermique et économique :
A performances thermiques équivalentes, le coût apparent d’un système d’isolation thermique par l’extérieur semble plus élevé qu’une solution d’isolation thermique par l’intérieur ou une isolation thermique répartie (surtout pour une architecture de maison traditionnelle) .

2. Avantages :
Cohérent avec des options architecturales très contemporaines
Supprime les ponts thermiques au droit des dalles de planchers intermédiaires.
Protége les structures maçonnées et bétons contre les chocs thermiques et le cas échéant, les chocs mécaniques.
Constitue un traitement thermique optimal et augmente l’inertie de l’enveloppe de la maison.

3. Inconvénients :
Rapport coût - performances du bâtiment par rapport à d’autres solutions d’isolation
Peu adapté à l’architecture traditionnelle des maisons individuelles en France avec des portes et fenêtres sur les faces intérieures des murs et des ouvrants à la française, les systèmes I.T.E nécessitent alors de prévoir des traitements particuliers et contraignants pour éviter notamment les ponts thermiques en périphérie des baies.
Les façades des systèmes avec enduits ne peuvent admettrent des couleurs soutenues en finition et sont sensibles aux chocs et rayures.
La mise en œuvre des systèmes doit être impérativement réalisée par des entreprises qualifiées particulièrement attentives aux traitements des points singuliers (entreprises moins nombreuses que pour l’isolation par l’intérieur).

4. Argumentation de vente aux particuliers :
Augmentation de l’inertie de l’enveloppe de la maison favorable au confort d’été. Cette inertie évite aussi les chocs thermiques néfastes aux structures et pérennise ainsi la construction.
Efficacité de la diminution des ponts thermiques au droit des dalles de planchers intermédiaires.
 


Taper les premières lettres du mot que vous recherchez :

ou choisissez le mot qui vous intéresse ...

les autres sites du Groupe Dominique CHARLES

*Les offres de terrains constructibles sont proposées en collaboration avec nos partenaires fonciers indépendants, selon disponibilité, pour la construction de maisons neuves,
avec un contrat de construction de maison individuelle, dans le cadre de la loi du 10/12/1990.

Lexique de la construction

Biom attitude

Groupe Dominique CHARLES - 7 rue Lavoisier - Parc d'activité de Ragon - 44119 TREILLIERES - Loire-Atlantique / Pays de la Loire - Tél. 02 40 72 90 90 - Fax 02 40 72 90 91
© 2012-2015 Groupe Dominique CHARLES- Tous droits réservés, reproduction interdite - Mentions légales - Une réalisation Application Contacts.